RDC : «Joseph KABILA» vient de faire assassiner Alain MOLOTO

Alain Moloto, adorateur et chantre de l’Eternel, avait refusé de servir et de cautionner le pouvoir issue de l’imposture, des hold-up électoral ( élections 2006 et 2011) et de l’occupation de la République Démocratique du Congo (RDC) par les armées rwandaises, ougandaises et burundaises aidées par les USA, l’Angleterre et alliés ainsi que par la mafia internationale anglo-saxonne. Du coup, il était devenu la "bête noire" du régime de Kinshasa parce que et surtout notre frère était engagé et acquis au changement pour un Congo plus juste. Il dénonçait la médiocrité du leadership qui dirige par défi le grand Congo et ses pratiques sataniques contre le progrès du peuple congolais. Et ce qui aggrava son cas c’est la sortie de son ouvrage "Le Plan de Dieu pour le Congo". De toutes les façons il avait déjà, 2 ans avant sa mort, expliqué publiquement qu’il était victime d’un empoisonnement. Notre frère est mort en combattant de la vraie liberté, en martyr chrétien pour la cause congolaise.

Après avoir lu plusieurs commentaires sur la mort de notre frère, artiste et prédicateur Alain Moloto; nous décidons de mettre sur la place publique le secret de son décès. Avant d’aller plus loin, nous précisons que la majorité de ces commentaires que nous avions analysés sont à majorité réligieux qui cachent malheureusement mal la vérité sur la mort d’Alain Moloto, l’artiste musicien qui a impacté positivement la musique Gospel ou chrétienne dans la francophonie et particulièrement en RD Congo pour ce qui concerne la profondeur des textes chantés, dans la formation des conducteurs de louanges et dans le sérieux du travail.

Ce que nous devons tous savoir hormi les formules religieux (repris par plusieurs commentaires des congolais que nous avions analysés) "Dieu a donné, Dieu a repris! Paix à son âme! C’est triste!, etc…": est que l’artiste Alain Moloto est mort en qualité de martyr chrétien. Il est mort assassiné par le pouvoir de Joseph Kabila par empoisonnement pour la cause congolaise. Notre cause.

En effet, l’adorateur de l’Eternel avait refusé de servir et de cautionner le pouvoir issue de l’imposture, des hold-up électoral ( élections 2006 et 2011) et de l’occupation de la RDCongo par les armées rwandaises, ougandaises et burundaises aidées par les USA, l’Angleterre et alliés ainsi que par la mafia internationale anglo-saxonne. Du coup, il était devenu la "bête noire" du régime de Kinshasa parce que et surtout notre frère était engagé et acquis au changement pour un Congo plus juste. Il dénonçait la médiocrité du leadership qui dirige par défi le grand Congo et ses pratiques sataniques contre le progrès du peuple congolais.

Et ce qui aggrava son cas c’est la sortie de son ouvrage "Le Plan de Dieu pour le Congo". De toutes les façons il avait déjà, 2 ans avant sa mort, expliqué publiquement qu’il était victime d’un empoisonnement. Notre frère est mort en combattant de la vraie liberté, en martyr chrétien pour la cause congolaise.

Chrétiens congolais, citoyens congolais, originaires de la RD Congo, battons-nous pour défendre nos terres, nos richesses que Dieu nous a données pour que nous en prenions soin, défendons notre dignité, nos veuves, nos orphelins et tous les opprimés du régime criminel de Joseph Kabila.

POURQUOI LE REGIME DE KINSHASA VOULAIT-IL ÔTER LA VIE A ALAIN MOLOTO?

Pour répondre à cette question il faut comprendre 3 éléments majeurs qui sont en réalité la réponse même à cette question:

1. Le régime criminel de Kinshasa supporte mal une personne populaire qui ne sert pas sa cause. C’est pourquoi le pouvoir de Kinshasa a mis en prison depuis 6 ans le célèbre pasteur, Kutino Fernando, juste parce qu’il drenait des foules qu’il conscientisait pour la cause congolaise en créant un mouvement dénommé "Sauvons le Congo". Il supportait mal la pauvreté du peuple congolais en général et des chrétiens en particulier dans un pays riche. Il ne supportait plus précher l’évangile du salut de l’âme sans que le changement dans la vie réelle sur terre, vie quotidienne ne puisse suivre. Il fallait donc réveiller le peuple des vrais enjeux du quotidien, des générations futures, de l’éducation, de la santé pour tous, de l’emploi, etc…à part le salut de l’âme. On lui monte un coup bien ficellé dans les ténèbres et en complicité avec certain(s) de ses (son) collègue(s) pasteur(s): il est arrêté et croupit en prison depuis 6 ans.

2. Le défenseur des droits humains,  Floribert Chebeya ( La voix de sans Voix ), assassiné dans les locaux de la police nationale lors d’un rendez-vous  habituel d’échanges le 01 juin 2010 qui se transforma en "guet-apen" pour lui ôter la vie et celle de son chauffeur, Fidèle Bazana dont le corps est introuvable jusqu’à aujourd’hui.

3. L’assassinat du brillant Pasteur Albert Lukusa, fondateur de l’église "Nouvelle Cité de David" à Lubumbashi (Katanga) dont le discours et prédications sans détours dérangeaient beaucoup l’imposture de Joseph Kabila, qui lui envoya ses services de répressions qui l’incarcèrent et lui injectèrent du poison dans son sang. Il mourut donc le 27 décembre 2004.

Les exemples sont légions pour comprendre le vrai visage du régime criminel qui dirige le Congo par défi des armes. Mais, nous citons ici 3 exemples seulements tout en rajoutant: le corps décapité de l’héros Armand Tungulu, congolais de la diaspora qui fut décapité juste parce qu’il avait lancé une pierre sur le cortège de Joseph Kabila à Kinshasa lorsqu’il était parti en vacance.Il laisse une veuve et 4 petits enfants à Bruxelles qui n’ont pas vu le corps de leur papa et époux

Advertisement

No comments.

Leave a Reply